fbpx

Avancer ou reculer l’âge de la retraite, mais de quoi parle-t-on au juste ?

Vous rappelez-vous du tohubohu suscité par l’introduction de l’âge pivot à 64 ans (l’âge de départ en retraite) ? C’était dans le dernier projet de réforme des retraites en fin d’année 2019 – début 2020.
L’âge pivot a finalement été abandonné tandis que le projet de loi, en soi, a été mis « sous cloche » avec la crise sanitaire.

La retraite, l’une des préoccupations majeures des Français.

Le pouvoir d’achat reste la préoccupation « phare » des Français en 2022 avec un score de 54% des sondés, selon IPSOS, La retraite est, quand même, au 6ème rang (sur 18) des préoccupations majeures des Français. Elle est, en effet, plébiscitée par 20% d’entre eux.

Et oui, la retraite, sujet ô combien récurrent, refait encore curieusement surface à l’occasion des élections présidentielles.

 

Derrière la question de l’âge de la retraite à 60 ans pour les uns ou à 65 ans pour d’autres, se nichent un certain nombre de questions et d’inquiétudes :

Quel est le moment le plus propice pour partir en retraite ? A l’âge légal ou au-delà ?

et le montant de ma pension de retraite ?

le montant du minimum vieillesse ?

Combien vais-je perdre en pouvoir d’achat selon que je suis employé, cadre, artisan, commerçant, indépendant, profession libérale, fonctionnaire ; micro-entrepreneur…) ?

Comment procéder pour liquider mes droits à retraite ?

Vais-je continuer à bénéficier de la protection sociale (complémentaire santé, prévoyance…) que j’avais en tant que salarié dans mon entreprise ?

Comment bien préparer financièrement ma retraite, et celle de mon conjoint au-delà des régimes de base et complémentaires ?

Puis-je prétendre à la préretraite progressive ?

La retraite, d’accord, mais jusqu’à quel âge et dans quel état de santé ?

Etc.

La retraite : un sujet incontournable, délicat et coûteux pour la collectivité.

A l’échelle de la nation, le problème du financement des retraites reposant sur le système de répartition est, vous l’avez compris, brûlant et récurrent, tant il est complexe et sensible dans l’opinion publique.

Selon les récents résultats du barème d’opinion de la DREES* 2021, 4 personnes sur 5 sont favorables au maintien, voire à l’abaissement, de l’âge légal de départ à la retraite à 62 ans.

 Basé sur la solidarité entre les générations, le système par répartition est pourtant remis en cause par le vieillissement de la population.

Grâce aux progrès de la médecine et ce n’est pas un scoop, l’espérance de vie augmente d’un trimestre tous les 2 à 3 ans.

S’ajoute à ce phénomène celui de l’arrivée massive à la retraite des « baby-boomers ». Cette génération née après la Seconde Guerre mondiale est, un tiers, plus nombreuse que les autres classes d’âge.

Sous l’effet de ces 2 évolutions démographiques, la part des plus de 60 ans dans la population française devrait passer de 25 % en 2014 à 32 % en 2060. Ce qui signifie que la France devrait compter près de 22 millions de retraités en 2060 contre un peu plus de 15 millions aujourd’hui !

De plus, compte tenu d’une natalité moins dynamique et de l’entrée tardive des jeunes sur le marché du travail, le nombre d’actifs a, lui, plutôt tendance à diminuer.

Les « actifs » paient les pensions des « retraités », sachant que leur retraite sera elle-même financée plus tard par la jeune génération et ainsi de suite.

Ainsi, le ratio cotisants / retraités est de moins en moins favorable.

  • En 1960, celui-ci était de 4 cotisants pour un retraité ;
  • En 2010, il était de 2  cotisants pour un retraité ;
  • En 2020, il ratio était 1.65  ;
  • En 2040, il passera à 1,40  ;
  • il passera à 1,35 en 2060.

 Et, naturellement moins de cotisations, cela signifie moins de recettes pour les caisses de retraite et plus de prestations à verser, donc davantage de dépenses.

Un « effet ciseau » dévastateur, vous en conviendrez,pour les finances des régimes de retraite.

 Le budget consacré à la retraite est, quant à lui, le plus important de la protection sociale : 327,9 Md€. C’est environ 40% des prestations totales versées en 2019. Et, ce budget représente 13,5% du PIB (Drees 2021).

Face à cet enjeu à multiples facettes, les stratégies et les solutions de nos gouvernements successifs se sont articulées globalement autour de 3 principaux paramètres :

  • ·        le recul de l’âge de la retraite,
  • ·        l’augmentation de la durée de cotisations,
  • ·        la hausse des cotisations ou l’élargissement de leur assiette.

*Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques

Les mesures législatives qui ont été prises jusqu’ici n’ont eu cesse, il faut le reconnaître, de poursuivre des objectifs légitimes. On retrouve la recherche de l’équilibre financier de la branche vieillesse, la nécessité de rationaliser et d’harmoniser un système complexe, le souci d’équité (prise en compte carrières longues, des métiers pénibles et des parcours accidentés…), le maintien du pouvoir d’achat et du régime de solidarité.

Mais, à chaque ajustement envisagé, celles-ci sont irrémédiablement en choc frontal avec les garanties offertes par les régimes de base et complémentaires en place, les droits actuels, les déséquilibres démographiques et les aspirations individuelles et corporatives.

Mais au fait, qu’en est-il de l’âge de départ en retraite à l’étranger ?

L’âge de départ en retraite se situe, selon les pays, entre 60 et 67 ans.

Si des écarts importants existent entre les pays (en Europe, Etats-Unis, Canada, Japon…), le COR (Conseil d’Orientation des Retraites) indique que ceux-ci tendent à se niveler.

A titre de comparaison, force est de constater que dans certains pays proches de la France, le départ officiellement autorisé est plus tardif. Fixé à 65 ans aujourd’hui, il va passer à 66 ans pour les Belges. Quant aux Néerlandais, l’âge légal va être retardé d’une année, de 66 ans à 67 ans, ce qui les placerait au niveau des Allemands, déjà à 67 ans actuellement.

Le cadre et les enjeux étant fixés, la problématique des retraites est bien plus large et obéit à des ressorts complexes que je vous propose d’appréhender dans l’un de mes prochains articles.

A cet égard, il est essentiel d’expliciter, 2 notions importantes caractérisant l’âge de départ à la retraite, à savoir :

1.     l’âge minimum de départ en retraite,

2.     l’âge de retraite à taux plein.

Laisser un message